L’historique

 

Plongeant ses racines dans la tradition martiale japonaise, l’AIKIBUDO se présente comme un art martial offrant au pratiquant un large éventail technique dont l’apprentissage peut prendre toute une vie.

Maître Alain Floquet, fondateur de l’Aïkibudo

Mêlant à la fois tradition, par l’apport technique d’écoles traditionnelles japonaises (KATORI SHINTO RYU pour les techniques d’armes et DAITO RYU AIKI JUJUTSU pour les techniques manuelles) et évolution, par la pratique du YOSEIKAN et de son adaptation par Maître Alain FLOQUET, l’AIKIBUDO est à la fois un art martial complet à l’image des anciens ryu, et ancré dans le monde contemporain.

Ethymologiquement, le terme AIKIBUDO pourrait se traduire par la « Voie de l’Harmonie par la pratique martiale ». L’idéogramme BU signifiant la force qui procure la Paix. Le terme AIKI, littéralement l’union de, ou des énergies, est l’essence même d’une pratique qui vise à se servir de la puissance de l’attaquant pour la retourner contre lui.

 

 

Cet art martial intègrPhoto prise le 15 septembre 2012 au dojo de Magny les Hameaux (78), lors de la démonstration du Budo Club de Magny les Hameaux qui avait lieu pendant le forum des associations de la ville.  Photo : Myriam Reynes. Technique : Kata Kansetsu. Tori : Amandine Lecomte, 2e Dan Aïkibudo. Seme : Jean-Marie Bachelet, 2e Dan Aïkibudo.e un nombre très varié de techniques (nage waza, osae waza, keri waza, sutemi waza, jime waza…), pouvant répondre à tous les genres de situations, dans le respect de l’intégrité physique du partenaire et de la législation, se référent au principe de légitime défense. L’Aikibudoka peut donc utiliser la force mais, comme l’indique le terme BU, « pour permettre la paix ». C’est à dire contrôler et non détruire.

A l’inverse de nombreux arts martiaux(judo, karaté, kendo…), l’AIKIBUDO est un art non compétitif, désireux ainsi de préserver dans son intégralité l’éventail technique qui forme sa richesse.

A l’image du Japon moderne, L’AIKIBUDO incarne tradition et modernité : tradition, par la préservation d’un patrimoine historique (DAITO RYU AIKIJUJUTSU et KATORI SHINTO RYU) qui lui garantit une pratique ancrée dans la tradition martiale japonaise, et modernité pour répondre à l’évolution et aux exigence de notre monde contemporain.

Une première partie s’attachera à l’étude des composantes historiques de l’AIKIBUDO. Un deuxième temps s’intéressera à l’éventail technique de cet art. Enfin, une dernière partie abordera l’aspect évolutif de l’AIKIBUDO.

 

MENU